Pourquoi est-ce que je me sens vide ?

You are currently viewing Pourquoi est-ce que je me sens vide ?

Avez-vous déjà entendu de votre part ou de celle d’un autre le « je me sens vide » ? Ces personnes sans but aucun. J’ai moi-même fait partie de ceux qui, en se levant le matin se disent :

  • « encore une journée passé à faire un métier qui n’as pas de sens »
  • « encore journée ou rien ne change sans vrai but ni objectif »

Le pire, c’est que mis à part quelque chanceux, on va au travail pour subvenir aux besoins d’une vie qui n’a elle-même pas de sens. Le vrai problème, c’est qu’aujourd’hui (comme demain et hier) beaucoup d’être humain ce contente d’exister et non de vivre. D’où cette citation inspirante d’Oscar Wilde.

Vivre est la chose la plus rare du monde, la plupart des gens se contentent d’exister, sans plus.

https://www.dicocitations.com/citations/citation-122493.php

On ne s’étonne donc pas que vous, ou la plupart des personnes, comme moi, on puisse se sentir vide à un moment de notre vie.

1) On ne fait pas les choses par envies mais parce qu’on le doit.

Le travail où l’on passe la moitié de notre temps est souvent dénué de sens et d’utilité concrète. En moyenne, on passe 35 à 40 heures hebdomadaires à bosser. Ça fait environ 1650 heures par an. Or, on sait qu’une fois les besoins humains enlevés sur une journée de 24 heures, il ne nous reste plus qu’une dizaine d’heures de libre par jour. Soit 3640 heures à l’année. Vous voyez que le travail prend presque la moitié de ce temps (sans compter le temps de trajet) (et plus de la moitié sur 5 jours). Donc si vous trouvez votre travail dénué de sens, vous passez quasiment la moitié de votre vie à faire une chose dénuée de sens. Il n’est alors pas étonnant de se sentir vide. D’autant plus si la vie que vous menez à côté du travail n’est pas non plus tournée vers votre objectif de vie. Des objectifs de vie que peu de personnes n’ont.

A) Notre évolution dans le monde du travail à un rôle important

Lors de notre phase d’éducation, on nous demande de nous trouver un métier. On ne nous demande pas de nous trouver un objectif de vie. Comme si le métier allait définir ce que nous sommes. Pourtant, je ne vous apprends en rien en vous rappelant que le bonheur de l’exercice d’un métier dépend de beaucoup de choses qui sont souvent indépendantes de notre volonté :

La bonne ambiance du travail, la valorisation, la réalisation…

De plus, il arrive bien souvent qu’une fois le métier choisi, les études ne soient elles-mêmes en liens directs avec la pratique du métier. Ceci explique pourquoi la plupart des entreprises ne veulent pas de débutant. Parce que l’école ne forme pas à pratiquer un métier ou rarement. C’est l’expérience en entreprise qui est la plus recherchée. Parce qu’on sait que la personne aura les réelles connaissances de ce qui lui est demandé. C’est une dure réalité et j’imagine facilement la frustration de l’étudiant qui sort de ses 5 ans d’études supérieures et qui se rend compte qu’il lui faut presque tout apprendre.

Je pense que c’est un problème sociétal important et très dur à changer.

Une autre chose qui m’a choqué dans le monde du travail : l’importance que l’on accorde aux heures de travail réalisé pour définir le salaire et l’efficacité. À mon sens c’est plutôt la réalisation qui devrait être prise en compte dans ce calcul. J’ai toujours vu des tirs aux flans dans les entreprises qui étaient aussi bien, voir mieux payer que de gros travailleurs. Je ne comprends tout simplement pas ce vide de sens dans les entreprises. Mais bon assez fait de politique, restons sur notre sujet.

2) Ce que j’ai vécu personnellement

J’ai eu, comme beaucoup, cette impression de vide. Je faisais à l’époque un métier qui ne me passionnait pas plus que ça. La définition d’objectifs n’était pas claire. Quand ils l’étaient ce n’était pas grave s’ils n’étaient pas réalisés. De plus, j’avais des collègues qui étaient mieux payés que moi alors qu’il en faisait deux fois moins (oui je sais le mec rageait). Vous savez, ceux qui sont plus coutumiers de la pause clope que de se bouger les fesses pour soutenir l’équipe. Bref, ce travail m’a vidé de mes forces petit à petit. J’ai commencé hypermotivé et je voulais faire bouger les choses. Mais au bout de quelques mois j’allais au travail à reculons, dans l’état d’esprit décrit plus haut. Chaque jour je me sentais un peu plus vide. Au vu de quoi je me suis décidé à m’informer sur les choses qui pouvaient améliorer mon bien-être et remplir ma vie.

A) Ce que j’en ai tiré

J’ai ressorti de cet apprentissage une méthode qui j’espère pourra vous aider :

  • Faire abstraction de ce qui ne dépend pas de nous : c’est un travail constant, mais lorsque vous sentez que vous êtes frustré, prenez le temps d’analyser la raison. Si vous ne pouvez rien faire pour améliorer la situation, acceptez-le.
  • Essayer de trouver un sens même minime à ce que vous faites : bien que ce ne soit pas forcément visible au premier abord, il y a quand même une raison pour être là (même si ce n’est pas celle qu’on vous a donnée à l’embauche).
  • S’il n’y a pas de sens alors gardé à l’esprit que vous le faites pour gagner de l’argent qui vous servira à faire des choses qui vous plaisent vraiment.
  • Faites l’état des lieux de ce que vous avez réalisé sur la journée. Que ce soit au travail ou pas, et si ça ne vous convient pas, améliorer le lendemain !
  • Trouvez absolument un moyen de prendre un peu de temps pour vous. Réalisez quelque chose qui vous plaît réellement !

C’est grâce à ça que j’ai pu au fur et à mesure le « je me sens vide » de ma vie.

Etude des pathologies

3) Quelques pathologies associées

La dépression et le vide intérieur son deux chose distinct. Elles peuvent atteindre la personne ou pas.
Distinction entre dépression et vide intérieur (les 2 peuvent être liés ou pas).
Se sentir vide, c’est ne pas avoir vraiment d’émotion, se sentir creux, ne pas avoir d’intérêt ou centre d’occupation. C’est ne vivre sa vie que de façons superficielles. Alors que la dépression est encore plus violente. Elle est marquée par l’anhédonie (désintérêt marqué pour n’importe quelle activité), variation importante, de poids et d’appétit, de sommeil et d’activité, de fatigue. Mais aussi de dévalorisation de soi, de difficultés à se concentrer, et pour les dépressions les plus violentes de pensée suicidaires récurrentes.
Trouble anxieux généralise : sentiment d’insécurité et inquiétude quotidienne qui empêche de vivre normalement
Angoisse : inquiétude née de la réflexion théorique de l’existence
Dépendance affective : besoin de dépendre de quelqu’un émotionnellement pour se sentir exister, on ne peut vivre pour soi-même
Dépendances : Plus besoins de les citer l’alcool compulsions alimentaires, la drogue…
Boulimie : prise de nourriture de façon compulsive et dépendante des émotions. Elle peut être suivie de gestes compensatoires (jeûne, exercice physique intense..)

Si vous retrouvez dans n’importe lequel de ces troubles, vous pouvez être en danger et je vous recommande d’aller voir un professionnel de la santé.

A) D’autres solutions pour en finir avec le « je me sens vide »

  • S’entourer : si vous n’avez aucun but, contribué au but d’autres personnes qui vous seront chères. De plus, ces personnes vous apporteront un soutien. Ils peuvent vous aider à réfléchir à vos propres interrogations. (Cliquez-ici si vous avez besoin d’aide pour vous entourer)
  • Introspection : se définir en tant qu’être « Qui suis-je ? » décliné son identité sociale et personnelle.
    • Identité sociale (l’apparence, le style, personnalité) qui suis-je en tant qu’individu dans la société
    • Identité personnelle (pensées, émotions, fantasmes, envies) qui suis-je en tant qu’individu.
  • Augmenter l’estime de soi : En développant votre estime de vous-même vous apprendrez à vous faire confiance, vous accepterez plus facilement vos idées. Vous arriverez ainsi plus facilement à remplir votre vie. Quelques points pour améliorer votre estime de vous-même :
    • L’apparence : permet de se sentir plus séduisant
    • La compétence : plus on arrive à réaliser de chose plus nous croyons en nous.
    • La récompense sociale : les éloges, le respect et l’affection
    • La moralité : vivre comme ce qu’on considère comme bien, avec ses propres principes
  • Être en accord avec soi-même : essayez au maximum d’être en accord avec soi et sa façon de penser, éviter la dissonance cognitive.
  • Accepter vos émotions : plus vous refuserez de ressentir tel ou tel émotions, plus vous vous refuserez en tant qu’être.

B) La pyramide de Maslow

Et oui que serait un article traitant du « je me sens vide » sans cette célèbre pyramide. Nous savons désormais que nous sommes en grande partit ce que nous faisons.

Pyramide de Maslow
  • Ce qu’on a besoin d’accomplir
  • L’estime que l’on nous porte
  • Les besoins vitaux :
    • Le lien social
    • La sécurité
    • Les besoins physiologiques

Allons à l’inverse de l’image du tableau vide en début d’article, et devenons les peintres de notre vie !

J’espère que cet article vous aidera à vous sentir plus épanoui dans vos relations et améliora votre bien-être.

Si vous avez appréciez l'article vous êtes libre de le partager ! :)

Laisser un commentaire